Temps pour une discussion consciencieuse sur l'avortement


Commentaires (0)

Catégorie : Presse

Nombre de consultations : 267

Les vice-présidentes de l'asbl Marche pour la Vie ne souhaitent pas que le délai de l'avortement soit prolongée de 12 à 18 semaines dans notre pays. La raison de leur avis est liée aux propositions législatives qui ont été soumises à la Chambre pour assouplir la législation sur l'avortement.

Le texte original de cette contribution a été publié en néerlandais, le 24 octobre 2019 sur vrt.be avec le titre: Abortus moet een tragische uitzondering blijven.

Un certain nombre de propositions législatives ont été soumises à la Chambre qui prévoient l'assouplissement de la législation sur l'avortement. Cela comprend, entre autres, l'allongement du délai dans lequel l’avortement peut être pratiqué, le temps d'attente et l'introduction d'une dépénalisation totale. Socialistes, verts et libéraux le soutiennent, ce qui signifie qu'une majorité est en train de se former. L’évolution constante constatée au cours des décennies sur ce sujet se poursuit : nous sommes passés de l’avortement en tant qu’exception tragique à une intervention en tant que forme de contraception. Le symptôme d'une société qui a perdu tout sens de la valeur de la vie humaine.

Extension de terme?

La mesure la plus discutée proposée est la prolongation du délai d'un avortement de 12 à 18 semaines. Un argument invoqué à cet égard est que les femmes belges se rendent actuellement aux Pays-Bas si elles ont dépassé le délai imparti. Là, la période est de plus de 22 semaines. Une telle ligne de pensée soulève toutefois la question de savoir pourquoi aucune forme de législation nationale ne devient superflue.

Nous sommes passés de l’avortement en tant qu’exception tragique à une intervention en tant que forme de contraception

Par exemple, la Norvège applique une politique de prévention en imposant des taxes élevées sur les boissons alcoolisées et de ce fait de nombreux Norvégiens traversent la frontière avec la Suède pour faire leurs achats. Les lois norvégiennes sont-elles automatiquement superflues? Le résultat logique de ce raisonnement est l’uniformité juridique européenne, qui couvre un vaste domaine.

Il serait plus approprié de discuter des avantages du système actuel plutôt que de faire référence aux moyens par lesquels ils peuvent être contournés. Si une période plus courte (ou une période d'attente plus longue, des conditions plus strictes, etc.) est effectivement préférable, il convient que la loi l'affirme, non seulement parce que la législation envoie un message fort, mais aussi parce qu'un voyage et un séjour aux Pays-Bas constituent un seuil significatif.

La question philosophique du respect de la vie dans notre société est toutefois le débat le plus urgent à mener.

La question philosophique du respect de la vie dans notre société est toutefois le débat le plus urgent à mener. Même une grande proportion de ceux qui sont en désaccord avec nous pour dire qu'un enfant a autant de valeur morale dès la conception que tout autre être humain, peut ne pas être indifférent au fait de mettre fin à une vie. Nous voulons maintenant nous adresser à ces personnes.

Cependant, si nous attachons toujours une certaine importance morale à la vie, il semble approprié de faire preuve d'une grande prudence quant au cadre dans lequel l'avortement a lieu.

Le respect pour la vie humaine

Voulons-nous vivre dans une société dans laquelle l'avortement devient une forme de contraception sans aucune considération pour la valeur de l'enfant? C’est après tout l’implication morale d’une dépénalisation. Une étude du réputé Guttmacher Institute, une institution qui soutient le droit à l'avortement, a conclu que

  • moins de 0,5% des femmes aux États-Unis avaient subi une opération pour viol et 4% pour des raisons de santé.
  • 25% et 23% ont cité respectivement « un mauvais timing » et « des difficultés financières ».

Ne nous sentons-nous pas mal à l'aise avec ceci ?

Même lorsque ce choix est disponible, il doit rester une décision réfléchie et sérieuse, prise en pleine conscience de l’importance de l’affaire et limitée au plus tôt possible de la grossesse,

Lors de la campagne présidentielle américaine de 1992, Bill Clinton a utilisé pour la première fois une phrase qui allait devenir un mantra populaire aux États-Unis: « abortions should be safe, legal and rare » (« l'avortement doit être sûr, légal et rare »). Aujourd'hui, cependant, de plus en plus de militants et de politiciens exigent une forme « abortion on demand » (« d'avortement sur demande »), sans questions critiques ni freins moraux.

Cependant, si nous attachons toujours une certaine importance morale à la vie, il semble approprié de faire preuve d'une grande prudence quant au cadre dans lequel l'avortement a lieu. Même lorsque ce choix est disponible, il doit rester une décision réfléchie et sérieuse, prise en pleine conscience de l’importance de l’affaire et limitée au plus tôt possible de la grossesse, lorsque la valeur morale de l’enfant est la plus controversée.

Better to err on the side of caution, comme on dit en anglais.

Commentaires des internautes

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette page.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

@

Acceptez-vous d'être contacté par nos visiteurs ?

Veuillez résoudre le calcul suivant : 74 + 40 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Temps pour une discussion consciencieuse sur l'avortement.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul suivant : 74 + 40 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.